Etre manager 3.0 ou ne pas être manager

Par EQINOX, le 15 décembre 2016

Qualités et comportements du manager 3.0

Vous avez forcément entendu parler du Management 3.0. Mais que se cache-t-il réellement derrière cette étiquette ? Quelles sont les caractéristiques de cette « version » du manager par rapport aux versions précédentes ? Et surtout, pourquoi est-il capital aujourd’hui de « passer à la nouvelle version » ?

Avec l’utilisation d’une notation issue des nouvelles technologies, le message est clair : les anciennes versions de votre logiciel sont obsolètes, veuillez-vous mettre à jour ! Les anciens modèles de management issus du taylorisme et encore bien implantés dans de nombreuses sociétés, tendent à laisser la place à une autre approche, moins rigide et plus agile.

Celui que l’on a baptisé après coup « 1.0 » par exemple, repose sur l’utilisation de l’autorité et sur la crainte qu’elle inspire. Il s’agit d’une forme de management ultra directif, directement issu du taylorisme, dans lequel les collaborateurs sont interchangeables, ce qui les maintient sous pression. Or l’on peut facilement imaginer que si cette recette peut avoir un effet stimulant à très court terme, les effets à plus long terme sont désastreux : on ne fidélise pas un collaborateur qui a peur.

Le manager 2.0 a compris les limites de l’utilisation exclusive du levier de l’autorité pour encadrer ses collaborateurs. Aussi est-il plutôt paternaliste voire bienveillant et s’applique à être exemplaire et juste. Souvent formé dans une école de commerce, il se comporte en bon gestionnaire et gère ses collaborateurs comme les autres ressources à sa disposition. Là encore, il est aisé de concevoir que cette approche, si elle peut être efficace dans la structure hiérarchique pyramidale d’un grand groupe, sera inadaptée à de plus petites structures.

Dans ce modèle encore très répandu, on ne peut en effet pas encore parler de leadership. L’enjeu est bien de fédérer ses équipes, de les motiver puisqu’il est aujourd’hui admis qu’un salarié motivé et heureux est plus efficace et productif qu’un salarié contraint.

C’est là que le management 3.0 prend tout son sens. Alors que ses prédécesseurs étaient dans la délégation à tout prix, le manager 3.0 joue le rôle d’animateur d’une équipe et permet l’émergence de potentiels et d’initiatives plutôt que d’imposer à chacun ce qu’il doit faire et comment il doit le faire.

.

Il s’agit avant tout « de donner du sens », explique Raphaël Coubetergues, Directeur associé de Human Booster.

.

Expliquer aux collaborateurs la finalité visée, leur exposer clairement les objectifs collectifs de la structure, voire les amener à participer à cette réflexion, les conduira à prendre des initiatives, à s’auto-responsabiliser. Or c’est cette prise autonome de responsabilité pour atteindre des objectifs partagés qui va donner l’élan à la machine de production.

Un autre aspect essentiel de ce mode de management est la prise en compte des caractéristiques et des potentiels de chacun. On est bien loin des modèles précédents dans lesquels un collaborateur pouvait être remplacé par un autre sans discernement. Il s’agit ici au contraire de connaître ses collaborateurs, leurs modes de fonctionnement et de communication pour ajuster sa façon de diriger. « Nous incitons le manager à comprendre la personne qu’il a en face pour adapter son management plutôt que d’essayer de changer le collaborateur. » insiste Raphaël Coubetergues.

Des modèles comme les préférences cérébrales d’Herrmann vont pouvoir être utilisés pour aider le manager à identifier ces modes de fonctionnement. C’est d’ailleurs l’un des piliers scientifiques du diagnostic de positionnement professionnel Orizon, développé par Human Booster et que le cabinet utilise, en interne comme en externe, pour déceler les potentiels et les aider à éclore.

Donner du sens, expliquer clairement les objectifs définis, mettre chacun dans des conditions de réussite, voilà donc tout l’enjeu du management nouvelle formule. La mutation qui se joue aujourd’hui conditionne le devenir des entreprises : le manager de demain sera 3.0 ou ne sera pas.

Étiquettes : ,

Partager cet article...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Eqinox Le Blog